Aucune destination. Qu’une direction. Le reste n’est qu’illusion.

De la continuité …

Il était une fois : le début…

Selon la théorie du Big Bang, en date de 2019, les meilleures mesures suggèrent que les évènements initiaux de l’univers remontent à +/- 13,8 milliards d’années. Puis, selon la datation radiométrique, la Terre se serait formée il y a approximativement 4,54 milliards d’années. 

Selon l’étude du plus ancien crâne préhumain découvert au Tchad en 2001, l’apparition des hominidés sur terre se situerait à +/- 12 millions d’années. Tandis que l’ère des primates du genre Homo débuta voilà 2 millions d’années puis vint celle de notre espèce, Homo sapiens, estimée à 200 000 ans environ.

Aujourd’hui, nous pouvons constater que, grâce à notre capacité d’adaptation, nous avons pu passer au travers tous les défis posés par la sélection naturelle. Nous demeurons donc les seuls représentants de l’espèce humaine sur Terre. Il y a de quoi être fier ! Mais en sommes nous dignes ?

En 120 ans seulement, depuis le début de la révolution industrielle, à force de saccager faune et flore de tout acabit et d’empiéter sur pratiquement tous les habitats sauvages de la planète, notre présence sur terre nous a conduit inexorablement à la possibilité d’une extinction massive de toute vie sur terre.

Pourtant, malgré tout, nous croyons que la nature véritable de l’humain est fondamentalement bonne. C’est par la priorité qu’il a donnée à l’avoir, l’appropriation et à l’illusion de pouvoir accumuler sans limites qui lui a fait oublier sa conscience d’être et ses prodigieuses capacités qui vont bien au delà de toute matière.

Afin de sortir l’humain de sa torpeur face à cet avoir et toute l’illusion qui s’en dégage, nous devons l’aider à s’éveiller au sein même d’un rêve qu’il entretient inconsciemment depuis longtemps : celui de tout vouloir pour lui tout seul. Et encore, tout ne sera jamais assez. L’avidité naturelle de l’ego oblige. 

Le choix. Tout est une question de choix.

Le rôle de notre communauté est donc d’influencer massivement ce choix afin qu’il nous conduise au développement universel d’une conscience sphérique de l’ensemble dans lequel nous avons tous à évoluer et par lequel nous sommes tous liés. Tout est dans tout et nous ne sommes qu’Un. Le reste n’est qu’illusion. 

La toute première réalité à prioriser est de considérer notre planète, Gaïa, comme un être vivant à part entière avec lequel nous sommes destinés à vivre une relation obligée, harmonieuse et symbiotique. Nous devons respecter notre mère la terre de la même façon que nous, nous voulons être respecté. 

C’est donc par la puissance de tous les champs magnétiques individuels, de chacun des croyants de notre communauté, réunis en un seul champs unifié qui connaitra un impact remarquable et qui entraînera encore plus de gens à vivre cette manière d’être et de se comporter. Le respect du vivant dans toute son intégrité. 

Ainsi, vous l’aurez compris, plus nombreux nous serons à soutenir la même intention, plus vite elle prendra pied dans la réalité. Plus important sera le nombre d’humains à croire dans le bien et à le pratiquer, plus la réalisation d’un monde équitable envers tous s’établira rapidement dans notre réalité. 

C’est dans ce but précis que notre communauté existe. Par la volonté de tous ses membres à faire le bien partout et en tout et ce, dans la plus complète cohérence. Ceci au travers notre quotidien, des actes les plus simples, inaperçus et répétitifs aux choix les plus complexes, potentiellement conflictuels et particuliers.  

Et après ? Qu’en est-il de la continuité ?

Après ? La vie continue et suit son cours, tout naturellement. Notre impact magnétique sur l’ensemble connaitra encore une fois une fin heureuse. Encore plus aujourd’hui puisque nous sommes de plus en plus nombreux à croire à notre potentiel de fusionner avec l’Un et d’accepter d’être une goutte d’eau formant l’océan.

Pour la suite, sachant que le soleil soit né il y a 4,55 milliards d’années, soit un peu plus tôt que Gaïa et que sa durée de vie est estimée à quelque 10 milliards d’années, cela lui donne encore plus de 5 milliards d’années à briller. Et la vie, telle que nous la connaissons, peut continuer à perdurer en paix sous notre protection durant toute cette éternité. 

Ainsi, une fois que nous aurons tous pu déployer nos propres champs d’attraction afin de les faire rayonner jusqu’à l’infini, nous pourrons, nous aussi, à notre propre rythme, ouvrir nos ailes pour s’extirper du nid douillet dans lequel nous étions afin de s’envoler vers une destinée encore une fois renouvelée. 

Et ils vécurent ainsi heureux jusqu’à la fin des temps…